Un dîner presque parfait

Je suis une jeune femme fraîchement diplômée, qui travaille comme gestionnaire de comptes pour une excellente entreprise. Afin de conclure un gros contrat, mon supérieur m’a demandé de le représenter lors d’un dîner d'affaires. Je suis une bureaucrate qui s’occupait surtout du chiffre d’affaires de la société. Les entrevues avec les clients, ce n’étaient pas vraiment dans mes cordes. Il m’avait rassuré que je devais juste expliquer notre point de vue, financièrement parlant. La veille, mon supérieur m’avait envoyé un courriel concernant les questions que les clients pourraient me poser.

L’erreur monumentale

Pour mieux me préparer, le soir précédent, j’ai classé tous les dossiers dont j’avais besoin. Je l’ai fait, avant même de préparer mes vêtements. Je suis arrivée une heure à l’avance au restaurant où avait lieu la réunion, afin de faire bonne impression. J’étais tellement bien préparée, que j’étais sûre de conclure l’affaire, assez facilement. Une première demi-heure est passée, et je n’avais toujours pas vu les clients. Je me suis dit que c’était peut-être normal dans ce genre de cas. Après 2 heures d’attente, j’ai commencé à m’inquiéter. En fouillant mon sac, j’ai remarqué que mon téléphone cellulaire n’était pas là, que je l’avais sans doute oubliée à la maison. J’ai immédiatement pris un taxi pour revenir chez moi. En arrivant, j’ai retrouvé le téléphone avec plusieurs appels en absence ,et des messages de mon supérieur. Le lieu du dîner a été modifié, et c’est la raison des nombreux messages. Paniquée, je me suis directement rendue à l’endroit indiqué. Heureusement qu’il n’y avait pas beaucoup de trafic cette journée-là.

Un immense soulagement

Lorsque je suis entrée dans le restaurant choisi pour la rencontre, tous mes collègues avaient les yeux fixés sur moi, comme s’ils allaient tous me fusiller. Je me suis pressée de m'excuser auprès du client. Il m’a alors demandé si c’était la première fois pour moi, j'ai juste hoché la tête. Durant la première partie repas, je n’ai pas beaucoup parlé, je me contentais d’observer. Puis, le client m’a posé une question assez pertinente. J’étais stressée à l’idée de lui répondre, mais dès que je me suis lancée, je ne pouvais plus m’arrêter. Je connaissais le contrat comme le fond de ma poche, de la soumission pour le remplacement toiture Drummondville, jusqu’à la fin des travaux. Le client était tellement emballé par mon rapport détaillé, qu’il a fini par accepter notre proposition. Pour finir, mes collègues m’avaient proposé de prendre un dernier verre pour fêter la signature du contrat. J’espère ne plus jamais revivre une telle situation.